bandeau right

Retraites - Bayrou craint une "guerre sociale" sans réforme

Reuters - 24-04-2010

 François Bayrou a mis en garde jeudi contre un risque de "guerre sociale" si la réforme des retraites n'était pas menée à bien, le poids financier que devront supporter les actifs devenant rapidement insupportable.

Le président du Mouvement démocrate était le premier responsable politique à être reçu par le ministre du Travail, Eric Woerth, dans le cadre de la concertation sur la réforme que le gouvernement veut présenter en septembre au Parlement.

"Nous pensons que la réforme est indispensable, nécessaire, vitale", a-t-il dit à des journalistes après son entretien.

"On ne peut pas accepter le risque de la guerre sociale entre les plus âgés et les plus jeunes qui se dessine si on ne fait rien", a ajouté François Bayrou, dont le mouvement a subi de lourdes défaites aux élections européennes et régionales.

Il a plaidé pour des "décisions d'urgence" pour augmenter le nombre d'actifs face au déficit croissant des retraites.

Si aucune réforme n'est menée, le Conseil d'orientation des retraites estime que le déficit des différents régimes passera d'environ 30 milliards d'euros cette année à environ 40 en 2015 et jusqu'à 114 milliards par an en 2050 .

"Il faudra toucher à cette question nombre d'actifs-nombre de retraités", a dit François Bayrou. "Après, la question de savoir si on touche à l'âge légal ou simplement à la durée des cotisations, c'est une question que nous avons laissée ouverte."

La réforme devra aussi nécessairement permettre de dégager des ressources nouvelles, a ajouté François Bayrou, et "il n'est pas imaginable" qu'elles ne soient pas trouvées sur des revenus qui participent peu, en particulier les revenus financiers.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

"L'exemple de Nick Clegg montre à beaucoup d'électeurs en Europe et en France que le paysage politique doit nécessairement changer."

Mouvement Démocrate 23-04-2010

Bayrou CleggQuelques heures avant le deuxième débat entre les principaux leaders des formations politiques en Angleterre, François Bayrou est revenu sur le succès de Nick Clegg, l'indépendance de sa démarche et le renversement majeur que représente le succès des Libéraux Démocrates outre manche. François Bayrou est revenu sur son amitié et son estime pour le leader britannique. Retrouvez l'interview du président du Mouvement Démocrate et la vidéo de la dernière rencontre entre François Bayrou et Nick Clegg

Question : Vous connaissez bien Nick Clegg, nouvelle star des sondages britanniques. Que pouvez-vous en dire ?


Réponse : Je connais Nick Clegg depuis des années. Il a été membre du parlement européen et nous avions travaillé ensemble lorsqu'il s'est présenté à la présidence du Libdem, il y a deux ans. Il a participé à nos universités d'été, nous sommes dans une alliance, une amitié. C'est un homme ouvert, un européen convaincu qui parle plusieurs langues, dont le français. Il a des idées, du courage. Il n'hésite pas à affronter les deux autres partis pour créer un espace politique au centre. Il est centre-gauche sur les questions de société et centre-droit en économie. Il croit à la liberté de l'économie mais pense qu'on a nécessairement besoin de social, de service public et accorde une priorité à l'Education.

Q: Que pensez-vous de sa percée dans les sondages ?

R: C'est un renversement électoral très fort montrant que, contrairement à ce que tout le monde racontait, le peuple britannique cherche moins à donner le pouvoir aux conservateurs qu'à trouver une voie politique nouvelle après les difficultés que rencontrent les travaillistes. Nick Clegg a défendu l'idée qu'il ne fallait pas forcement choisir entre la droite et la gauche. Et d'un coup, par sa présence sur l'écran, les Britanniques ont compris que cette voie existait. Ce qui a fondé la force des libdem, c'est l'indépendance absolue. Les conservateurs leur ont offert de faire une alliance électorale et de constituer un gouvernement ensemble et Clegg a refusé de s'engager dans cette alliance en leur disant notre projet n'est pas le même .

Q: Nick Clegg tient le même discours que vous sur un centre indépendant. Pourquoi la sauce prend-t-elle en Angleterre et pas en France ?

R: "Elle a pris à la présidentielle de 2007 et personne n'aurait dit, il y a encore quelques jours, qu'elle prendrait outre-manche. Pendant des années en France, on a raconté que la Grande-Bretagne était l'exemple même du pays avec deux partis, conservateur et travailliste, et je rappelais qu'il y en avait trois, mais que la loi électorale condamnait le centre à être dans une situation difficile.
Quand les électeurs sont placés devant le choix crucial de savoir quelle direction leur pays doit suivre, ils comprennent qu'ils ne sont pas condamnés au choix entre la droite et la gauche. L'exemple de Clegg montre à beaucoup d'électeurs en Europe et en France que le paysage politique doit nécessairement changer.


Il y a quelques mois François Bayrou s'était rendu à Londres à la rencontre de la communauté francophone, de Nick Clegg et des responsables Libéraux Démocrates : Retrouvez ici le compte-rendu de cette rencontre.

Hervé Morin, le "Besson" de l’ex-UDF

18-04-2010 Marie Anne Kraft

Hervé Morin appelle au rassemblement des "centristes" et à une candidature pour les représenter aux prochaines élections présidentielles de 2012 (la sienne étant une éventualité probable). Oui, mais "centriste" pour lui, pour eux, cela veut dire allié à l’UMP, comme le dit cette dépêche AFP, rappelant sur Europe1 que "l’UDF a toujours été l’alliée de la droite", affirmant "Je n’ai pas trahi François Bayrou c’est lui qui est parti" a rappelant que le courant centriste véhiculait des valeurs qui ne "sont pas compatibles avec celles de la gauche".

Or de quelles valeurs parle-t-il ?

Dans cet article des Echos, il définit les « marqueurs » et les formules clefs du centrisme : Europe, libertés publiques, « humanisme refondé ,« une société apaisée, une société de la reconnaissance et une société de la tolérance ». Il se trouve que justement ce sont des valeurs clamées par la gauche, par le PS, ... ainsi que par François Bayrou !

Cherchez l’erreur ... dans la cohérence avec les actes !

Sous ce langage sirupeux d’« humanisme refondé » et de « société apaisée, société de la reconnaissance et une société de la tolérance », il a voté le budget et sa politique fiscale inégalitaire, cautionné la politique sarkozyste du bouclier fiscal, des inégalités croissantes, de la neutralisation des contre-pouvoir, de l’emprise sur les médias notamment avec la réforme de l’audiovisuel et l’alignement atlantiste avec la réintégration dans le commandement armé de l’OTAN.

Hervé Morin se proclame "centriste" tout en étant soumis à la droite ... C’est en fait tout simplement le "Besson" de l’ex-UDF !

Pense-t-il vraiment avoir l’envergure pour porter l’habit présidentiel ? Probablement pas. Tout au plus aura-t-il l mérite, ainsi que D. de Villepin, de contribuer à la division des voix de droite grâce à laquelle l’UMP n’atteindra peut-être pas le 2ème tour.

J’ai hâte de voir un 2nd tour Bayrou-Aubry (ou DSK) en 2012. L’un ou l’autre sera toujours mieux que ce régime scélérat et ces traitres soumis et baveux avec leurs phrases sirupeuses et les actes qui ne suivent pas leurs beaux discours dégoulinants.

Nick Clegg, le Bayrou anglais, met le feu aux sondages !

17-4-2010 - L'Hérétique

Nick CleggOn se console parfois de la morosité ambiante par des nouvelles venues de l'étranger. J'avais examiné de près, en juin et juillet 2008, le programme des Libéraux-Démocrates en Angleterre. Ce parti, qui se refuse à parler d'alliances avec le Labour ou les Tories a progressivement atteint les 20% de voix à chaque élection. Mais la dernière prestation de Nick Clegg, qui a écrasé Cameron et Brown, met le feu aux intentions de vote : les Lib-Dems feraient un bond de 14%, passant de 20 à 34%, tandis que Tories et Labour perdent des points, les premiers à 36% désormais, et les seconds, à 24%...Les Lib-Dems ont suivi la ligne politique que j'ai, pour ma part, toujours prônée : l'indépendance absolue. Risqué, mais là, je crois que cela paie...Puisse cet exemple inspirer le MoDem pour son avenir ! Les Lib-Dems sont proches de ma vision, c'est à dire des libéraux avec une très forte tendance sociale. Leur site est extrêmement bien fait : leur manifeste, par exemple, clair, simple d'utilisation, direct, précis, concis et en même temps substantiel. Une fiscalité juste et efficace, la priorité donnée à l'éducation sont les pierres angulaires de leur programme.

En matière d'éducation, ce sont les seuls qui annoncent clairement leur intention de réduire les effectifs d'élèves par classe. Favorables à l'autonomie des établissements scolaires (et donc des choix pédagogiques), ils envisagent un investissement massif dans l'éducation.

Côté fiscalité, ils ont quelques idées assez astucieuses : ils proposent, par exemple qu'aucun citoyen britannique ne paie d'impôts sur les 10  000 premières livres qu'il gagne par an, et cela, indistinctement, quels que soient les revenus. C'est juste, et en même temps, cela profitera aux foyers les plus modestes. Voilà une mesure fiscale bien plus intelligente que le discours qui consiste à dire taxons les riches pour donner aux pauvres. Fini le paradis fiscal pour les expatriés : les sept premières années, pas de taxes, mais passé ce délai, ils seront traités comme tous les Britanniques. Il souhaite également taxer annuellement les très grosses propriétés (de plus de 2 millions de livres) avec une sorte de taxe foncière de 1% (Mansion Tax : je pense que c'est une taxe foncière). A vrai dire, en décembre dernier, la direction des Lib-Dems pensait à une taxe de 0.5% pour les demeures de 1 million et plus, mais cela a commencé à râler très sérieusement dans leurs rangs (faut pas déconner, ce sont tout de même des libéraux), et du coup, le plafond a été nettement relevé. Mouais...J'aime déjà moins ce genre d'idées... 1% sur de l'immobilier immobilisé, qui ne peut donc pas rapporter grand chose, cela me fait penser à notre ISF français pour lequel je n'ai guère d'affection... Cela dit, j'ai cru comprendre que c'était une mesure temporaire avant un remplacement à venir par un impôt local.  Il n'en reste pas moins que c'est très à gauche, comme mesure, pour des libéraux...

Ils ont bien évidemment un programme complet de retour à l'équilibre des comptes publics et annoncent d'ores et déjà ce sur quoi ils vont faire des économies.

Il y avait une mesure prise en 2002 par Blair (Child Trust Funds) qui donnait à tout enfant britannique un dépôt de 250 livres pour ouvrir un compte bancaire. Cela coûte très cher à l'État ! Les Lib-Dems ont prévenu qu'ils mettraient fin à cette pratique. On ne peut pas faire n'importe quoi quand on a 11% de déficit. Les dépenses militaires vont morfler aussi : désengagement de l'euro-fighter, modernisation des Trident remises à plus tard. Comme les banques ont beaucoup reçu, les Lib-Dems proposent de leur faire financer elles-mêmes leur propre fond de secours, à l'avenir, par une taxe ad hoc qui l'alimentera, et puis de leur faire rembourser aussi l'aide reçue via une indemnité (deux milliards de livres la première année, presque trois au bout de quatre ans, tout de même !). Une idée de bon sens, en effet. Ils prévoient pour financer leurs propositions de taxer les vols aériens et davantage, également, si j'ai bien compris, les assurances.

A la trappe les passeports biométriques et les cartes d'identité. Je ne pensais pas qu'on pouvait économiser 500 millions de livres, dès la deuxième année, sur un poste comme celui-là ! Apparemment, ils ont l'air de penser que les soins en psychiatrie génèrent des coûts très (trop ?) importants et envisagent des traitements améliorés et moins coûteux. Je ne sais pas exactement ce qu'ils ont en tête, mais en tout cas, ça doit rapporter 500 millions de livres dès la seconde année. Enfin, si, j'ai tout de même regardé page 40-41 de leur programme sur la santé, et apparemment, ils voudraient tailler dans le vif des fonds alloués à des organisme non gouvernementaux, les Quangos, ainsi que dans les salaires des managers de leur service de santé nationale dont certains gagnent des sommes supérieures à celles du premier ministre ! Je ne sais pas ce qu'ils ont contre le machin qui s'appelle Connecting for Health, mais apparemment, il rentre dans leur programme d'économies, et ils ne l'estiment pas nécessaire. Apparemment une grosse usine à gaz qui date de 2005 et aux objectifs aussi ronflants que dispendieux, puisqu'il s'agissait, si j'ai bien compris de se gorger de discours sur le bien-être des patients en leur délivrant des informations dont je n'ai guère compris l'utilité exacte. Je n'ai pas compris, entre autres, ce que l'informatisation apportait, en l'occurence, au bien-être des patients...

Tiens un truc bien, compte-tenu de l'actuel système anglais, c'est qu'ils veulent que les Britanniques soient libres de choisir le généraliste auprès duquel ils s'enregistrent, indépendamment de leur lieu de résidence. Très bien, ça. En fait, il faudrait plusieurs billets pour parler de leur programme ; tiens, je trouve que Nemo devrait s'y coller, après tout, il est sur place, lui !

En fait, le mieux, c'est de se reporter aux pages 96,97,98,99,100 et 101 de leur programme, où ils expliquent les économies qu'ils envisagent avec calculs à l'appui (qu'est-ce que c'est casse-pied d'être limité en anglais, j'ai toujours la crainte, et cela se produit parfois, d'ailleurs, de faire un contre-sens).

Le MODEM a besoin de François BAYROU qui est loin d'être mort politiquement !

Le Post - 13-4-2010

En ce moment, une cabale est organisée autour de François Bayrou par certaines personnes voulant profiter de la défaite électorale subie par le Mouvement Démocrate...Certains réclament même sa démission de la présidence du MODEM...

Alors oui, il y a des choses à revoir au MODEM en ce qui concerne son organisation...Cependant, je rappellerai à tous, car certains ont malheureusement la mémoire très courte, que le Modem a été créé il y a seulement deux ans...Ce parti est donc seulement au début de son histoire...Tout est donc à construire et à améliorer...

François Bayrou a engendré un formidable espoir et a montré le chemin en 2007...D'ailleurs, ce qui est frappant c'est que bon nombre de politiciens reprennent le discours du Président du Modem ! Je pense à Ségolène Royal ou à Dominique De Villepin...Tous sont unanimes pour dire qu'il existe une troisième voie possible qui n'est ni de droite, ni de gauche...mais simplement la voie du bon sens...

Alors oui, je pense qu'un "arc" est tout à fait possible, regroupant des gens venant du centre du centre gauche, du centre droit et même des gens qui ne s'intéressent pas actuellement à la politique car étant écoeurés par le comportement de nos dirigeants politiques...

François Bayrou est le candidat naturel du MODEM à l'élection Présidentielle de 2012 et cette fois-ci, il y va pour gagner, j'en suis convaincu...La route qui mène à l'Elysée est encore bien longue et il peut encore se passer beaucoup de choses durant les deux prochaines années...

Pour reconquérir son électorat, le MODEM doit davantage parler aux Français et mettre ainsi en avant son projet et ses idées..Il doit se faire entendre ! En tout cas, si je fais de la politique et que j'y consacre énormément de temps, c'est pour changer les choses et défendre les idées auxquelles je crois...Je ne peux pas me résigner à savoir que plus d'un Français sur 100 doit aller au restau du coeur pour pouvoir se nourrir, que des personnes avec des enfants sont exclus de leur logement, que des salariés n'ont même plus les moyens de trouver où se loger et sont obligés de dormir dans des tentes, comme des chiens dorment dans des niches...

Oui, je crois encore à la politique et en sa noblesse...

Je me suis battu pour ces élections régionales avec toute mon énergie et tout mon enthousiasme pour faire gagner les couleurs oranges avec Alain DOLIUM et Fadila MEHAL...Et je suis très fier d'avoir été avec eux dans ce combat difficile...

Et bien, que ceux qui m'insultent et me raillent se rassurent...Ils auront encore l'occasion de le faire car en 2012 je serai présent au côté de François Bayrou pour le faire GAGNER !

Amitiés démocrates,

Jacky Majda

Contacts | MD National MoDem 54 Jeunes