bandeau right
Agenda

 

 LIENS 


 Zone Privée MD 54

INSCRIPTION

ACCES

 LOCAL :MODEM 54  


Le mot de la présidente


RECHERCHE

Sur MoDem 54

Logo Google

 

NEWSLETTER

INSCRIPTION / DESINSCRIPTION


Fondamentaux


La présidence
Bureau MoDem 54

Conseil départemental
Référents territoire
Charte éthique 

Charte des valeurs 
Les 7 principes


Forum Public
Blog MoDem 54
ARCHIVES
F Bayrou
*Site  F   BAYROU
*Journal TF1(2/12/06)
*Ripostes (F5)
*Metz (27/2/07)
* Zenith  Paris  (22/03/07)

*Le Parti Démocrate(25/04/07)
*France Europe Express (21/05/07)
*Législatives (17/6/07)
*Paris (3/7/07)
*Lille (4/7/07)
*Paris(5/7/07)
*Orléans (5/7/07)
*Toulouse (7/7/07)
*Lyon (9/7/07)
*Rennes (10/7/07)
*Marseille (11/7/07)
* Interview (19/7/07)
*JM Cavada (14/9/07)
* Seignosse 1 (14/9/07)
* Seignosse 2 (14/9/07)
* Seignosse MUNICIPALES (15/9/07)
*TF1 20h (16/9/07)
*Seignosse 3 (16/9/07)
*Tele Libre  -1- (3/10/07)
*Tele Libre -2- (3/10/07)
*Corinne Lepage (5/10/07)
* Pas en arrière  (FB - 11/10/07)
* C'est dans l'air (F5 - 3/12/07)
*A vous de juger (A2 - 14/2/08)
*journal télévisé France 2 (28/2/09)
*Europe 1- TV5 (8/4/08)
*Conférence de presse (14/4/08)
* Convention des élus (26/4/08)
* Conseil National (14/5/08)
* France Info - OGM  (14/5/08)
* Europe 1 (8/6/08)
* Conseil National (8/6/08)
*RTL  (affaire Tapie)  17/7/08
*Europe1 (31/8/08)
*BFM TV (28/9/08)
*France 2 (30/9/08)
*France Inter (23/11/08)
*France Inter (5/1/09)
*On n'est pas couché - Ruquier (4/09/2010)
*France Info (13/09/2010)
*I-Télé (19/09/2010)

 

Blogs  Forums

*Jeunes démocrates 54
*Marc-Marcel SEER
*Séverin Lamotte
*Antoine Le Solleuz

*Nathalie Griesbeck
*Jacques PREVOT
*Isabelle Karleskind
*Laurent Watrin
* Daniel Ruzé
* Marc Saint Denis

 

Thèmes
* Mondialisation
* La dette publique
Flux   Rss
flux rss

* Propositions F Bayrou
* MoDem Meuse
* MoDem Vosges
* N Griesbeck
*Le Monde
* La Croix
* Le Figaro
* Marianne
* Le Nouvel Observateur
* jdd

2012 Etat d'urgence


Abus de pouvoir
tiers etat



projet espoir

Sarkozy : Bayrou accuse l'ex-président de pratiquer la "vendetta"

le Point 4/12/2014

Au micro de RTL, le maire de Pau a estimé que les "attitudes", les "choix" et la "manière d'être" de l'ex-président ont causé sa propre défaite.

François Bayrou, a estimé mercredi que Nicolas Sarkozy était seul responsable de son échec électoral en 2012. Le président du MoDem a reproché à l'ancien président de se livrer à une "vendetta" à son égard et de faire montre d'"agressivité". Interrogé sur des propos tenus par Nicolas Sarkozy sur TF1 dimanche, qui faisaient référence au soutien apporté alors par l'élu centriste au candidat socialiste François Hollande, François Bayrou a répliqué sur RTL : "Celui qui a fait battre Nicolas Sarkozy en 2012, on le connaît très bien, exactement, il est identifié par tout le monde, et c'est Nicolas Sarkozy lui-même."

"Ce sont ses attitudes, ce sont ses choix, sa manière d'être, qui ont fait que trois ou quatre millions de Français qui n'étaient pas de gauche ont fait le choix de l'alternance", a-t-il poursuivi. "Et chaque fois qu'ils voient Nicolas Sarkozy dans ce genre de vendetta, ou d'attitude dont l'agressivité est la marque, chaque fois qu'ils voient cela, et qu'ils voient ces changement d'opinion perpétuels tous les jours, simplement pour les salles qu'on a en face de soi, chaque fois, ils se disent que ce n'est pas cela qu'ils souhaitent pour les 5 ou 6 années qui viennent", a-t-il déclaré.
"Les Français ont droit à autre chose"

"Et donc je pense que cela nous donne une responsabilité à nous, c'est une responsabilité importante, qui est de préparer un autre avenir que cette fatalité qui serait ainsi imposée, sans agressivité, sans acrimonie, mais simplement avec l'idée que, bon, les Français ont droit à autre chose." Sur TF1 dimanche, Nicolas Sarkozy, élu à la présidence de l'UMP la veille, a déclaré : "Les dirigeants du MoDem ont fait l'élection de François Hollande, c'est leur choix, mais c'est curieux de faire l'élection d'un président de gauche, et après, pour être élu maire de Pau, de faire le choix d'appeler aux électeurs de droite." En 2012, François Bayrou avait annoncé durant l'entre-deux-tours qu'il voterait François Hollande.


"Ces pratiques appellent une orientation d'assainissement du pouvoir"

17/11/2014 Mouvement Démocrate

Pour retrouver la confiance du peuple français, François Bayrou appelle de ses voeux à ce que cessent toutes les pratiques de manipulation au sein du pouvoir.

Bonjour à tous, bonjour François Bayrou. Avec l'Européen convaincu que vous êtes, on va commencer par Philaé. Même si il y a des petits problèmes, participez-vous à l'enthousiasme général ?

Imaginez ce que c'est d'aller poser un objet aussi petit sur une surface aussi lointaine et avec un succès pour l'instant confirmé ! Après est-ce qu'on s'accroche facilement sur le sol d'une comète dont on ne sait pas exactement comment il est fait ? En tout cas, on voit à quel point peut-être bienfaisante l'action de pays et de peuples qui décident de travailler ensemble. À mon avis, c'est un très bon signe pour l'avenir.

Alors à propos d'Europe, il y a une décision importante qui a été prise par la Cour européenne de justice sur ce qu'on appelle le "tourisme social", c'est-à-dire des citoyens européens qui passent d'un pays à l'autre à la recherche des meilleures allocations. Cela ne sera désormais plus possible s'ils ne cherchent pas un travail. Est-ce une bonne mesure ?

En tout cas, c'est une décision de bon sens et juste. Et cela montre à quel point la caricature de l'Europe qui a si souvent été faite, l'Europe passoire, l'Europe qui ne contrôle rien, qui choisit le laxisme absolu, cette caricature est fausse. Et les règles que les pays européens se donnent et que la Cour de justice applique, sont des règles qui sont absolument de bon sens parce qu'elles disent au fond une chose très simple : pour être admis dans un pays, il faut subvenir à ses propres besoins, il faut être capable de travailler, de chercher du travail, de le prouver et c'est ce qui est tout le temps oublié dans les caricatures qui sont faites. Est-ce que cela change quelque chose ? Oui ! Parce qu'il est évident que les règles qui sont faites à l'égard des citoyens européens sont d'évidence les mêmes qui doivent s'appliquer au moins à tous ceux qui souhaitent entrer dans les pays européens.

Cela veut dire que l'AME, Aide Médicale d'État, réservée aux clandestins, devrait être révisée ?

Depuis plusieurs semaines on voit bien que cette idée progresse et s'impose. Cela a même été répété hier par le ministre à l'Assemblée : évidemment, il faut pouvoir subvenir à ses besoins lorsqu'on bénéficie de la solidarité d'un pays.

Sujet très différent : on revient à l'affaire "Fillon-Jouyet". M. Jouyet finalement ne démissionnera pas. Pour vous, est-ce une erreur ?

Je pense qu'on ne voit pas bien ce que cette affaire entraine. Au début c'était une toute petite affaire. Et puis ce qu'on découvre au fur et à mesure que les choses avancent, c'est qu'il s'agit du retour à des pratiques de manipulation et des pratiques d'entourloupe.

Une justice instrument de la politique ?

Lire la suite ....

 


"Il est exclu que le centre serve de bouée de sauvetage"

23/10/2014 - Mouvement Démocrate

Dans un entretien accordé aux Échos, le président du MoDem estime que la majorité ne tiendra pas jusqu'en 2017. Selon lui, les institutions de la Vè République n'offrent que deux façons de sortir de la crise : la dissolution ou le référendum.

Pensez-vous comme Manuel Valls qu'il faut « en finir avec la gauche passéiste » ?

La guerre au sein de la gauche ne fait que commencer et ces guerres idéologiques sont les plus dures. L'ADN de la gauche, depuis Epinay, c'est moins la lutte des classes que la distribution d'argent public : un reste de Marx et une foi aveugle dans Keynes. Or le recours à toujours plus d'argent public est inconciliable avec la situation du pays. Le choc entre les « réalistes », forcés de rechercher des économies, et les «croyants de la dépense » est donc inéluctable. Et cet affrontement est appelé à durer et à s'amplifier.

Le Premier ministre dit regretter que votre main tendue en 2012 n'ait pas été saisie par son camp. Et vous ?

Si François Hollande avait pris une orientation différente, décidant de dire tout de suite la vérité au pays, d'abandonner la partie démagogique de son projet, de changer la pratique institutionnelle, de rechercher une forme d'union nationale, la trajectoire du pays en aurait été profondément changée. Cela aurait été un choix historique, et il a préféré un choix banalement politique. Ce qui est fait est fait. La chance qui aurait pu être ouverte a été manquée. Il est exclu que le centre serve aujourd'hui de bouée de sauvetage.

Pourtant, il mène la politique de l'offre que vous défendiez....

Il n'y a pas d'autre voie pour la renaissance économique du pays, même si sa campagne en 2012 laissait entendre le contraire. Aujourd'hui, les mots vont parfois dans le bon sens, mais les actes sont embrouillés et la réalité ne change pas. Le Cice était censé créer 300.000 emplois dans l'année mais le dispositif a été ruiné par sa complexité. De même, on nous a annoncé une grande oeuvre de simplification. Pourtant le code du travail est toujours aussi illisible. Rien n'a été fait pour rendre efficace le code des marchés. Le mal est parfaitement défini : l'exercice du pouvoir a perdu toute efficacité réelle et pratique, les mots n'entraînent plus les actes. L'action politique et la France sont donc dans l'impuissance.

Ne contribuez-vous pas à ce blocage quand tout en défendant la rigueur budgétaire, vous dénoncez les économies sur les allocations familiales ?

Calculer les allocations familiales en fonction du revenu est une faute intellectuelle et politique. C'est une faute de confondre politique sociale et politique familiale. La politique familiale n'est pas faite pour aider les personnes en difficulté, elle est faite pour l'avenir de la nation. Les enfants ne sont pas un luxe, ils sont notre sève. Où conduit cette logique des revenus ? À rendre payant l'accès à l'école pour les enfants des familles aisées ? À ne plus rembourser pour les mêmes les feuilles de Sécu ? À faire payer différemment les transports en commun ? Cette décision est d'un illogisme consternant et coûtera en fait très cher. On va mobiliser des fonctionnaires et faire de la paperasse pour déterminer le montant des allocations en fonction de la situation de chaque famille. Les économies ne seront pas au rendez-vous, la déstabilisation, oui. En vérité, ce qui doit assurer la redistribution, ce n'est ni les allocations familiales, ni les services publics, c'est l'impôt. Et chacun sait combien il est lourd, notamment sur les classes moyennes.

Lire la suite

 


Préférez le risque de la modernité au confort de l'immobilité !

Danièle NOEL - Michel PERRUT 1/10/2014

Conscient du désamour grandissant des citoyens à l'égard des partis politiques et des élus , le Mouvement Démocrate de Meurthe-et-Moselle a lancé une réflexion de concertation.

Le premier constat est que ce désamour risque de ruiner l'équilibre de notre démocratie et fait craindre des aventures politiques hautement inquiétantes.
Se remettre en question, poser les vrais problèmes, se consacrer uniquement à l'intérêt général est, pour notre parti politique, un impératif. Il est urgent de repenser la politique en terme de programme, mais aussi en termes de projet de société et de vision d'avenir.

Les partis politiques, notamment en périodes d'élections ont tous des programmes.
Ce qui manque terriblement, ce sont des engagements, réalistes, qui puissent être tenus.
Ce qui manque trop souvent, c'est une vision d'avenir qui soit partagée pour tous et favorise la construction d'une société apaisée.

Cette vision d'avenir, cette volonté de retrouver une confiance avec nos concitoyens nous la défendons au Mouvement Démocrate grâce à une identité qui se fonde sur des valeurs:
L'exigence, la vérité, l'humanisme, le pluralisme ; ce devrait être les conditions sine qua non de tout engagement politique. Elles sont les nôtres.
Le pragmatisme est, pour nous, indissociable de toute action politique ; c'est d'une part, permettre à chacun d'avoir le maximum de chance et d'atouts pour réussir dans la vie sans nuire aux autres. C'est, d'autre part, agir en se donnant les capacités d'affronter la réalité et trouver des solutions concrètes qui ne soient pas réduites au court terme.
Parfois, le bon sens prévaut.

La réflexion menée au sein de notre mouvement politique départemental met en exergue des solutions concrètes pour faire face à la situation dans laquelle la France se trouve.
C'est le fruit d'un travail qui peut certes amener débat , mais c'est la volonté commune de nous voir porter une reconstruction de la France et de l'Europe.

Vous trouverez ainsi 50 propositions émises par Michel Perrut, membre du MoDem 54 :
"Préférez le risque de la modernité et de l'ouverture au monde, au confort de l'immobilité et à l'illusion de l'hexagonal !"

Danièle NOEL



Université de rentrée du Mouvement Démocrate : bougeons la politique !

Danièle NOEL - présidente MD54- 22/9/2014

Nous avons été plus d'un millier de militants à rejoindre Guidel-Plage dès vendredi 19 septembre pour participer à l'université de rentrée du Mouvement Démocrate (MoDem).

Trois journées intenses où chacun a pu se retrouver lors d'ateliers, d'un séminaire de formation pour les élus, traitant diversement de questions relatives aux finances locales, à l'action décentralisée, au statut de l'élu, à l'urbanisme et au développement durable, ainsi qu'à de nombreux débats et conférences.

L'un des objectifs principaux de cette université annoncée sous le slogan de bâtisseurs, était «Reconstruire la France» :reconstruire la France, la démocratie, notre pays, nos institutions. Cela a été également l'occasion de réfléchir avec les forces vives du mouvement et de penser notre vision de l'avenir politique, de l'avenir de la société telle que nous souhaitons la construire.

Après l'ouverture de l'université assurée par le secrétaire général Marc Fesneau, de nombreuses personnalités du MoDem sont intervenues au fil de thèmes allant des fractures françaises à l'éthique en passant par la croissance et les problématiques du Proche-Orient.

Parmi les participants, les vice-présidents, Marielle de Sarnez, Jacqueline Gourault, Nathalie Griesbeck, Jean Lassalle, Robert Rochefort et Yann Werhling. Mais aussi, Antoine Carette, président des Jeunes Démocrates,Fadila Méhal, présidente des Marianne de la diversité, Jean Arthuis, député européen, Philippe Folliot, président exécutif de l'Alliance Centriste, député et maire UDI .

Parmi les intervenants, des enseignants (Laurent Davezies du Cnam, Philippe Estèbe de l'IEP Paris, Bastien François de Paris-I, Michaël Foessel, titulaire de la chaire de philosophie de Polytechnique), l'historien Jean-Pierre Rioux, des journalistes, (Nordine Nabili, Georges Malbrunot, Christian Chesnot), des directeurs de revues spécialisées Jean-Marc Daniel, Antoine Sfeir et Jean Pisani-Ferry, commissaire général à la stratégie et à la prospective.

Dimanche, la dernière journée a été marquée par l'intervention du secrétaire d'État italien aux Affaires européennes Sandro Gozi. Si Sandro Gozi n'a pu nous rejoindre en raison notamment des grèves des transports aériens, son intervention diffusée sur grand écran a été chaleureusement applaudie. L'intervention finale de François Bayrou a, quant à elle, été ovationnée.

Ces trois journées, riches et constructives, nous ont permis de soulever de nombreux points de fractures dans notre société qui démontrent à quel point notre pays est atteint dans ses équilibres économiques, financiers et sociaux, politiques et moraux, et que, chaque jour l'actualité apporte une menace nouvelle contre ces équilibres, singulièrement moraux.

Les Français attendent aujourd'hui autre chose qu'une simple alternance entre la Gauche, la Droite ou l'étendard de la crainte brandi par les Extrêmes. Des illusions et des mensonges, il y en a beaucoup dans la vie politique française. Les Français n'en veulent plus !

Il est vain d'imposer un effort à un peuple si l'on n'a pas noué avec lui un contrat fondé sur la réalité de sa situation et la vérité sur les objectifs de rénovation qu'on lui demande.

Cette rénovation doit passer par une nouvelle force centrale, libre, indépendante, rassemblée, exemplaire dans sa gouvernance et son aptitude à faire partager une vision de l'avenir.

Il nous appartient de continuer à porter un projet lucide, courageux, avec des solutions concrètes pour enrayer le déclin de la France et réconcilier les Français avec la Politique. Il n'y aura plus dans l'avenir de gouvernement possible ni pour les illusions ni pour les mensonges.

Ce projet, ce chemin de reconquête, nous le portons et le porterons encore, ensemble.

Ensemble, ce sont tous ceux qui s'intéressent à l'essentiel, qui font de l'authenticité leur engagement, leur marque de fabrique, leur ADN. Tous ceux qui savent dépasser les clivages pour agir au profit de l'intérêt général et des citoyens.

Tous ceux, centristes et au delà du Centre, qui se reconnaissent dans ce projet pour reconstruire la France et sortir, ainsi que le nomme François Bayrou, du «triangle des Bermudes» formé, par l'UMP, le PS et le Front national.

A l'heure où les médias sont saturés par la vacuité de l'actualité politique, nous devons nouer un nouveau contrat avec les citoyens.

Moment fort des Universités 2014 du Mouvement Démocrates, le discours de clôture nous éclaire sur les fondamentaux qu'il nous faut rénover et consolider pour asseoir la reconstruction de la France.

Je vous invite à prendre le temps d'écouter cette parole , éclairante et juste, dans ces périodes troublées.

Je remercie toutes celles et ceux qui ont contribué à faire de notre université de rentrée un très beau succès et tout particulièrement l'équipe du MoDem 54 qui a fait preuve d'un dynamisme remarquable.

Et, ensemble, bougeons la politique !

 


Université du Mouvement Démocrate :F Bayrou défend le Centre contre toute absorption

La Croix 22/9/2014

François Bayrou, "prêt à aider" Alain Juppé pour 2017, a rejeté dimanche toute idée de "parti unique" absorbant le centre, sous peine de "confrontation", deux jours après l'annonce d'un retour de Nicolas Sarkozy qui amènera les uns et les autres à "une clarification".

Pour le président du MoDem, les premières déclarations de l'ancien chef de l'Etat ne laissent entrevoir qu'une "réédition de l'UMP" version 2002. Et selon lui, "la politique française a besoin de tout sauf d'un parti unique", a-t-il expliqué en clôture de l'université de rentrée du MoDem à Guidel (Morbihan).

Il a même averti, offensif: "Je suis garant que personne, qu'aucune manoeuvre, ne privera les Français de ce droit au pluralisme et au dialogue et, s'il le faut, du droit à la confrontation entre la diversité des courants politiques et des visions de l'avenir de notre pays".

Pour autant, celui qui traitait Nicolas Sarkozy d'"enfant barbare" dans son livre "Abus de pouvoir" ne compte pas "se spécialiser dans quelque anti-sarkozysme que ce soit".

Depuis plusieurs mois, le maire de Pau ne cache pas sa proximité et son soutien à Alain Juppé, même s'il réfute le terme de "deal". Le maire de Bordeaux a affirmé dimanche matin qu'il irait "jusqu'au bout" de sa candidature aux primaires de la droite et du centre, se montrant déterminé.

Plusieurs cadres centristes estiment toutefois que si l'ex-Premier ministre ne va pas jusqu'au bout au final, François Bayrou, déjà trois fois candidat à la présidentielle, pourrait être de nouveau tenté... Même si, officiellement, il prêche "l'abnégation", eu égard à la situation du pays.

Refusant les "satellites" et les "soumissions", le président du MoDem a insisté dimanche sur "la liberté" et "les convictions", et s'est posé en "garant de l'indépendance" du centre au sens large. La tâche est d'autant plus aisée que l'autre grand leader du centre, Jean-Louis Borloo, n'est plus dans le paysage politique, après son retrait il y a quelques mois pour raisons de santé.

- Qui résiste et qui ne résiste pas -

Car le retour de Nicolas Sarkozy - qui a évoqué dans sa tribune vendredi la perspective d'un vaste rassemblement "dépassant les clivages traditionnels" - est susceptible de provoquer des tiraillements, voire des défections dans la famille centriste.

Mais, en définitive, ce "sera une clarification pour la nature de l'opposition et les choix fondamentaux des uns et des autres", a expliqué M. Bayrou aux journalistes au cours du week-end. L'UDI, qui cherche un successeur à Jean-Louis Borloo d'ici novembre, devra en effet se positionner.

"La tentative toujours recommencée de soumission du centre, elle ne réussira pas plus aujourd'hui qu'elle n'a réussi hier", a-t-il insisté à la tribune, glissant au passage qu'il s'adressait aussi aux "amis de l'UDI".

"Il (Nicolas Sarkozy, ndlr) aura moins de centristes qu'en 2002", assure de son côté un cadre du MoDem dans les allées de l'université de rentrée, la question étant "qui résiste et qui ne résiste pas".

Dans son long discours, le président du MoDem a par ailleurs accusé François Hollande, pour qui il avait appelé à voter au second tour en 2012, d'avoir "rusé" et "procrastiné" devant la situation du pays.

Il a aussi moqué "beaucoup de responsables politiques" qui "sont devant Marine Le Pen comme des lapins pris dans les phares d'une voiture, en catalepsie!", et balayé tous les thèmes qui lui tiennent à coeur: la dette, l'Education nationale, la reconquête de l'Etat, la moralisation de la vie politique (...) sans oublier son combat contre la privatisation des autoroutes ou encore l'arbitrage accordé à Bernard Tapie ... sous la présidence de Nicolas Sarkozy.


François Bayrou, discours de clôture - UR2014... par mouvementdemocrate


 L'université de rentrée à Guidel

11/9/2014 - Marc Fesneau

L'université de rentrée, du vendredi 19 au dimanche 21 septembre à Guidel (Morbihan), sera un moment important et passionnant, en raison du thème que nous avons choisi et de la grande qualité des intervenants.Le sujet de ces trois journées, que nous avons voulues au coeur des attentes des Français, sera la question que tous les citoyens se posent aujourd'hui : « Comment reconstruire la France ? »
Vous trouverez ci-dessous le programme de ces journées de réflexion qui seront aussi l'occasion d'échanges et de moments chaleureux.

Vendredi 19 septembre

15h - 17h : ateliers
18h : séance d'ouverture avec Marc Fesneau (secrétaire général du Mouvement Démocrate)
18h15 : plénière « Fractures françaises » avec Laurent Davezies (professeur au CNAM et à l'université Paris-Est Créteil Val-de-Marne), Philippe Estèbe (professeur à l'IEP de Paris et à l'École des Ponts-et-Chaussées) et Jean-Pierre Rioux (historien)
21h : plénière « Reconstruire la France », animée par nos vice-présidents (Marielle de Sarnez, Jacqueline Gourault, Nathalie Griesbeck, Jean Lassalle, Robert Rochefort, Jean-Marie Vanlerenberghe) avec la participation de Jean Arthuis, député européen, président de l'Alliance Centriste

Samedi 20 septembre

9h - 11h : ateliers
11h : plénière « Démocratie, éthique, nouvelle République » avec Bastien François (professeur de droit public, directeur du département de science-politique à Paris I Panthéon-Sorbonne), Loïc Blondiaux (professeur de science-politique à Paris I Panthéon-Sorbonne), Michaël Foessel (titulaire de la chaire de philosophie de Polytechnique), Michel Verpeaux (professeur de droit public à Paris I Panthéon-Sorbonne) et Nordine Nabili (journaliste, président du Bondy Blog)
14h - 15h30 : ateliers
15h30 : plénière « Croissance, emploi, compétitivité » avec Jean Pisani-Ferry (commissaire général à la stratégie et à la prospective), Jean-Marc Daniel (directeur de la revue Societal), Vincent Champain (co-président de l'Observatoire du long terme) et Jean-Hervé Lorenzi (président du Cercle des Economistes)
17h30 - 19h30 : ateliers
21h : plénière « Proche-Orient, quelles perspectives ? » avec Georges Malbrunot (journaliste, écrivain), Christian Chesnot (journaliste, écrivain), anciens otages en Irak, et Antoine Sfeir (directeur des Cahiers de l'Orient, écrivain)

Dimanche 21 septembre

10h30 : Intervention de Sandro Gozi, secrétaire d'Etat italien aux Affaires européennes
11h : séance de clôture
Intervention de Marielle de Sarnez, 1ère vice-présidente du Mouvement Démocrate
Discours de François Bayrou, président du Mouvement Démocrate, maire de Pau


Décès de Daniel JACOB

26/8/2014

Daniel Jacob

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès brutal de Daniel Jacob, "Max'Dany" de Maxéville, survenu à l'âge de 69 ans.

Ancien conseiller municipal, militant actif et très investi, notamment dans le social et la culture, Daniel était quotidiennement impliqué dans la vie de sa commune et de ses concitoyens.
Nos pensées vont ce jour à sa famille et à ses proches.
Nous nous associerons au dernier hommage qui lui sera rendu mercredi 27 août 2014, à 10 h, en l'église Saint-Martin, à Maxéville.

Danièle Noël, présidente MoDem 54
Antoni Banasiak, délégué départemental
Et les membres du bureau MoDem 54

Télécharger l'éloge funaibre prononcé par Christophe Choserot Maire de Maxéville


Chrétiens et Yazidis d'Irak

Mouvement Démocrate 12/8/2014

F BayrouQualifiant la persécution subie par les Chrétiens d'Orient de "crime contre l'humanité", le président du MoDem appelle l'Europe à "soutenir l'action militaire immédiate, notamment des États-Unis, pour faire reculer les barbares."

"Comme des milliers ou millions de Français et de citoyens du monde, je désespère de notre impuissance face à la persécution qui écrase les Chrétiens d’Orient, et d’Irak en particulier. C’est une volonté de génocide qui les vise, fondé sur la haine religieuse des djihadistes.

Ce génocide ne ressemble en rien à d’autres drames, pourtant épouvantables et décourageants, en cours au même moment au Proche-Orient.

Aucun prétexte de menace ou d’agression, de quelque nature que ce soit, aucun fait de guerre que les assaillants puissent avancer pour justifier cette barbarie. Pas d’armée, pas d’agression de la part des chrétiens, pas de roquettes, pas d’action militaire, pas de mise en danger de l’un ou l’autre groupe qui composent cette région du monde. Seulement le déchaînement contre eux de la violence djihadiste qui veut éradiquer le Chrétien, ou le Yazidi, le chasser de cette terre, le terroriser et l’anéantir pour ce qu’il croit et qu’il a cru de pères en fils depuis deux mille ans.

Il convient de donner son nom à cette barbarie : c’est un crime contre l’humanité et il doit être traité comme tel.

C’est pourquoi il y a deux attitudes à adopter. 

Il faut soutenir l’action militaire immédiate, notamment des Etats-Unis, pour faire reculer les barbares. L’Europe tout entière doit se joindre à cette action de sauvegarde.

Et il faut mobiliser la conscience universelle. Les mots des seuls gouvernants ne suffisent plus. Il faut appeler à une manifestation nationale du peuple français pour donner sa véritable dimension à la protestation de notre pays. 

La France a été dans l’histoire, depuis des siècles, la protectrice des Chrétiens d’Orient. Elle doit considérer qu’il est de son devoir de soutenir et de renforcer le mouvement qui pourra les défendre, les protéger et sauver, parce qu’elle sauvera en même temps le pluralisme religieux et la liberté de pensée."

Faites entendre votre voix !


 "L'UMP n'est pas un alliage durable, le parti unique de la droite et du centre est une illusion"
21 juillet 2014

22/7/2014 - Mt Démocrate

Dans une interview à Atlantico, le maire de Pau se montre très critique envers la politique de François Hollande, mais ne regrette pas ses attaques passées contre Nicolas Sarkozy, au nom de ses "responsabilités" de citoyen de dénoncer des "dérives qui menaçaient notre pays".

Atlantico - La politique économique de François Hollande ne semble pas produire les résultats escomptés pour le moment. Pourtant, différentes stratégies ont pu déjà être expérimentées, dont le revirement vers une politique de l'offre en janvier dernier. Comment analysez-vous la situation économique actuelle ?

François Bayrou - Il faut voir les choses très simplement. La France s'affaiblit depuis 15 ans sans qu'il n'y ait eu, à aucun moment, un ressaisissement. Le chiffre le plus significatif est celui du commerce extérieur : 70 milliards de déficits. Cela est insoutenable dans le temps dans un pays qui a un contrat social très ambitieux. Un Etat extrêmement structurant de la société, mais très cher, des collectivités locales trop nombreuses et labyrinthiques, des déficits publics les plus importants de l'Union européenne.

Cet Etat-là ne peut avoir en même temps un appareil de production qui s'effondre continuellement. Ceci créera des problèmes très importants dans le temps. D'autant que la vie politique est elle-même profondément dégradée.

Tout cela décrit une France au propos de laquelle les français ont bien raison de se faire du souci. Quand François Hollande choisit la politique de l'offre, ce choix dans les mots est de bonne inspiration. Mais dans les réalités, qu'y a-t-il de changé ? Lorsque le 14 juillet il déclare faire 50 milliards d'économie et « donner » 40 milliards aux entreprises. Très bien. Mais où sont les 50 milliards d'économie ?

Lire la suite ......


François Bayrou à la matinale de France Inter

17/7/2014 - Mouvement Démocrate

François Bayrou est interrogé par Marc Fauvelle :

-Que penser de la réforme territoriale ?
-En quoi la désignation de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne signe une nouvelle étape pour l'Europe ?
-Comment corriger les dérives de la société ?

Bref résumé des réponses de F Bayrou :

-la condamnation de la candidate du Front National : une condamnation très dure et très forte pour des propos certes blessants et offensants
-les attaques de Nicolas Sarkozy contre les juges : on ne récuse pas un juge en raison de son engagement syndical
-les manifestations pro-palestiniennes : F Bayrou note la haine réciproque. Une montée des intolérances, de la violence, se généralise dans notre pays
-la réforme régionale : c'est n'importe quoi, cela ne marchera pas.
-Maire de Pau : F Bayrou qu'il est pleinement maire de la ville
-Ce qui se passe en France actuellement:c'est sans précédent sous la V-eme République
-l'appel d'un rassemblement avec F Fillon et A Juppé : on a besoin de personnalités qui rassemblent . Nicolas Sarkozy n'est pas une personnalité de rassemblement aujourd'hui



François Bayrou au sujet de la réforme... par franceinter


Hommage à Gilbert Antoine

14/7/2014 - Danièle NOEL
présidente du Mt Démocrate 54


G AntoineLe 19 septembre 2013, notre ami Gilbert Antoine nous a quittés.
Trop vite, trop tôt, trop brusquement. Sans crier gare.

Il était le 1er adjoint au maire de Laxou mais au delà de son engagement sans faille au Mouvement Démocrate, Gilbert était un ami, un homme généreux, altruiste, passionné, amoureux de la vie, cher, et rare.
Sa bonne humeur , sa chaleur communicative, sa fidélité en amitié et en politique, sa sagesse, ses idées, faisaient de lui un humaniste prompt à insuffler ce profond désir d'engagement, et d'accompagner le parcours de chacun.

Son épouse, Anne-Marie Antoine a décidé de poursuivre son action politique au sein de la ville de Laxou, fidèle à ce message qu'il portait que "l'esprit s'enrichit de ce qu'il reçoit, le cœur de ce qu'il donne."

Le 12 juillet 2014, une très émouvante cérémonie d'hommage a été rendue à notre regretté ami Gilbert Antoine, en présence de Laurent Garcia, maire de Laxou, André Rossinot, président du Grand Nancy ainsi que de nombreux élus de la Communauté Urbaine et des membres du MoDem 54.

Le parvis de l'hôtel de ville de Laxou porte désormais son nom.



 

Transition énergétique et politique énergétique de la France

6/7/2014 Michel PERRUT

Il est beaucoup question à l'heure actuelle de « transition énergétique » . Sous ce vocable tout le monde ne met pas la même chose . Pour certains, il fait penser à la baisse à venir de l'approvisionnement en pétrole puis en gaz. Pour d'autres , on désigne ainsi le remplacement souhaité d'une partie du nucléaire par autre chose.....

Michel Perrut , polytechnicien, chef d'entreprise en Lorraine (SEPAREX), nous livre ses réflexions sur la politique énergétique de la France . Il nous dit la place cruciale de l'énergie dont les impacts sont divers , certes sur l'environnement mais aussi sur l'économie et le social. Il évoque la production des gaz à effet de serre mais insiste sur la nécessité de ne pas en faire une préoccupation première.
Et l'Europe dans tout ça? Michel Perrut n'hésite pas à dénoncer l'inexistence d'une politique énergétique de l'Europe.

Ci-dessous l'analyse de Michel Perrut :


Eléments de réflexion sur la politique énergétique de la France
Alors que va s'engager le débat sur la « transition énergétique », il me paraît opportun de rappeler les éléments suivants afin d'éclairer ce débat qui est pollué par nombre d'idées fausses distillées dans tous les médias, en particulier par les nombreux « donneurs de leçon ».

L'énergie : Un élément fondamental du développement humain

Depuis la nuit des temps, l'Homme a tenté de trouver et d'exploiter l'énergie disponible dans la nature pour lui apporter une aide dans sa quête de nourriture, la chaleur pour conquérir de nouveaux territoires plus hostiles, et un minimum de confort pour assurer sa survie au delà de l'utilisation de sa propre force physique ou de celle de ses animaux. Ceci explique que la quantité d'énergie effectivement utilisée par l'Humanité n'a fait que croître avec sa population et son souhait d'améliorer ses conditions de vie. L'utilisation de l'électricité a été, et reste, l'outil clé de son développement et l'indicateur de son progrès, et ceux qui en bénéficient de façon si « naturelle » jusqu'à parfois la gaspiller, ne sauraient oublier qu'une partie importante de la population mondiale n'y a encore pas accès ou de façon très limitée et intermittente.

L'énergie : Une industrie à fort impact environnemental

Toute source d'énergie présente un fort impact environnemental. Pour être souvent cité, cet impact donne lieu à de graves confusions sur ses différentes composantes:

-Impact par l'émission de polluants, c'est à dire d'éléments présentant une toxicité pour les êtres vivants, que ce soit des rejets dans les eaux de surface et les nappes phréatiques (hydrocarbures, goudrons, produits chimiques, radioéléments) et dans l'atmosphère comme les oxydes de soufre et d'azote et les poussières (chaudières, nanoparticules Diesel).

- Impact du fait des déchets solides potentiellement dangereux produits durant l'exploitation des usines (combustibles nucléaires usés, cendres volantes des centrales thermiques, résidus pétroliers, goudrons de charbon, etc.) et lors de leur démantèlement : sols et nappes phréatiques pollués, pièces de centrales nucléaires contaminées par des radioéléments.

Lire la suite .....



Conseil National du Mouvement Démocrate

5/7/2014 - Marie-Anne KRAFT

Le compte-rendu a été rédigé par Stéphane Hélière, Judith Jérusalmi et Marie-Anne Kraft, conseillers nationaux dans le Val de Marne


1) Bilan des élections municipales et européennes
François Bayrou débute le Conseil national en faisant le bilan des élections municipales et européennes. Les premières ont permis de reconstituer les forces en élus locaux avec un certain nombre de succès. Il note en particulier que le MoDem a eu une forte médiatisation pendant ces élections avec le succès à Pau. Elles ont été marquées par l'effondrement du PS au pouvoir.

Le résultat aux élections européennes est inespéré : 4 élus sur les 7 gagnés par l'Alternative UDI-MODEM avec 10% des voix ; le rapprochement avec l'UDI a été un succès pour cette élection. L'Alternative est la 4e force politique du pays alors que les 3 autres sont mal en point. « Nous sommes vivants et dans une situation prometteuse ».

2) Situation politique générale
S'agissant de l'état du pays, la situation est gravissime : le Gouvernement s'effondre, l'opposition implose. Il n'y a pas d'autre force politique de renouvellement dans le pays que le MoDem-UDI. Nous assistons aujourd'hui à la fin d'une période politique, qui a commencé en 1971 avec le programme commun et l'alliance entre le PS et le PCF sur une base programmatique marxiste. L'ADN de la gauche c'était : dépenses publiques, des avantages à distribuer et la défense de statuts ; l'intervention de l'Etat était le booster de l'économie française. Cet ADN n'est plus commun à la gauche depuis janvier 2014. Cette gauche unitaire là n'existe plus pour 10 ans. La gauche est en train de se scinder en deux pôles : un pôle social-démocrate et un pôle plus à gauche regroupant le Front de gauche, une partie des Verts, l'aile gauche du PS.

Du côté de l'opposition, nous assistons à une bataille au sein de l'UMP sur fond de déconsidération morale avec la multiplication des affaires donc l'affaire Bygmalion qui n'a pas fini de produire ses effets. L'UMP s'en sortira-t-elle ? Guerre entre les clans Sarkozy et Fillon, qui est aussi une guerre idéologique sur la ligne du parti. Sarkozy veut revenir et prendre la présidence de l'UMP. Pourra-t-il revenir compte tenu des multiples affaires où il est cité ? Quid de Juppé et de sa stratégie dans l'UMP ?

L'UDI, quant à elle, va connaître une guerre interne pour sa présidence dans les prochains mois : ils vont être sur une ligne identitaire à égale distance entre l'UMP et le Modem.
Mais aujourd'hui ce n'est plus le centre la question : il faut s'adresser au pays. Les électeurs de gauche et de droite sont en grand désarroi du fait de l'état de délabrement de leur organisation. Il n'y a pas une adhésion de fond à Marine Le Pen et au FN (cf.son score aux européennes moindre en voix que son score aux présidentielles) et en cas de 2nd tour à la présidentielle entre Marine Le Pen et un autre candidat elle est largement battue.

Dans ce contexte particulièrement lourd, le MoDem a une responsabilité particulière :
- Nous n'avons pas de problèmes et de dissensions en notre sein (logique de commando)
- Nous sommes la seule formation politique crédible
- Nous n'avons pas d'affaires de justice
- ... et nous n'avons pas de dette !

Lire la suite .........


Réduction des dotations de l'Etat : l'exemple concret de la ville de Saint Max

3/7/2014 - Danièle NOEL - Serge ALIX

La baisse des dotations de l'État annoncée par le gouvernement sélèvera à 11 milliards d'euros de dotations en moins d'ici 2017, soit une baisse cumulée de plus de 28 milliards.
Cette baisse, qualifiée d'insoutenable par l'Association des Maires de France, aura de graves répercutions. Elle engendrera dans un premier temps non seulement  une diminution de l'investissement des communes, qui devrait baisser d'un bon tiers dans cette période, mais elle impactera également  sur la capacité de désendettement. 

Dans les petites villes notamment, l'encours de dette moyen est équivalent à 4,1 années d'épargne brute. Mais ce chiffre pourrait se détériorer au cours des prochaines années compte tenu des tensions attendues en matière de ressources de fonctionnement. 

Serge Alix, Adjoint aux finances et au budget, nous dresse une analyse concrète de la situation dans la commune de Saint-Max.
Danièle NOEL

DOCUMENT (analyse de Serge ALIX) :

Serge ALIXBudget 2014
Une gestion équilibree face à la contrainte

Un nouveau mandat vient de débuter avec la reconduction de l'équipe gestionnaire sur la période 2008-2014 et l'élection d'Eric Pensalfini pour un second mandat de Maire. Cet honneur est certes une marque de confiance clairement accordée mais aussi la reconnaissance d'un travail de gestion bien accompli.

II est nécessaire de souligner les efforts consentis pendant 6 années pour la remise en ordre du fonctionnement des équipements municipaux dont l'état nécessitait intervention pour une adaptation du patrimoine aux normes du temps présent et aux besoins des Maxois.

Sur la duree du mandat, 11,4 millions d'€uros ont été consacrés à la confortation de l'offre de services dans taus les domaines tels que la rénovation du Chateau pour 4,7 Millions d'€uros, les reprises d'isolation et de chauffage dans les écoles pour 1,6 Millions d'€uros et celles afferentes aux bâtiments sportifs, dont le stade Mainvaux pour 0,8 Millions d'€uros, pour ne citer que ceux-là.

Les résultats de la gestion 2008-2013

Lire la suite ...


Laurent HENART élu président du Parti Radical

23/6/2014 - communiqué de presse
Danièle Noël -Présidente MoDem 54

Le MoDem 54 salue l'élection de Laurent Hénart à la présidence du Parti Radical
Le Mouvement Démocrate de Meurthe-et-Moselle (MoDem 54) par la voix de sa présidente, Danièle Noël, salue l'élection de Laurent Hénart à la présidence du Parti Radical, prenant ainsi la succession de Jean-Louis Borloo à la tête d'une des composantes de l'UDI.

A cet égard, le MoDem 54 réitère sa volonté de construire une vision nouvelle, un renouvellement politique qui dépasse les idéologies usées, et les controverses systématiques. Cette forme politique doit respecter, rassembler et fédérer des sensibilités différentes afin de mieux encore travailler efficacement ensemble.
Nous avons réussi ce pari de rassemblement lors des échéances municipales à Nancy. Nous avons, ensemble, relevé le défi des Européennes dans la circonscription Est. Aujourd'hui, nous souhaitons à Laurent Hénart de poursuivre avec succès le travail accompli au sein de son parti et d'être un des garants de l'unité de la famille centriste.

C'est grâce à cette volonté partagée, fondée sur des valeurs communes, que nous pourrons faire émerger une force politique nouvelle, mais surtout indépendante et souveraine.


Europe - Après le 25 mai

Danièle NOEL - 29/5/2014


« Choc », « Chaos », « Séisme », « Tsunami », les mots n'ont pas été choisis à la légère pour commenter ici ou là les résultats des élections européennes du week-end dernier. Il faut également reconnaitre que le climat de défiance dans lequel ce scrutin a eu lieu, n'a pas contribué à rassembler les électeurs.
Le Front National annoncé comme premier parti de France, est-ce vraiment une surprise ? Je n'en suis hélas pas convaincue.

Depuis plusieurs mois, nous avions relayé ce sentiment de défiance et de colère des Français à l'égard de la classe politique et de l'Europe. Sentiment recueilli sur le terrain aux côtés de Jean Lassalle, tout d'abord, puis également ressenti lors des campagnes de terrain menées à l'occasion des élections municipales.
Nous ne pouvons pas dire que nous nous sommes retrouvés devant une situation que nous n'avons pas vu venir, notre contribution en forme de réponse ayant été un engagement actif et permanent pour défendre nos idées, notre idée de la politique. Militants, adhérents, élus, sympathisants, de tous âges, nous avons tous ensemble fait rayonner nos idées, et infléchi, au cas par cas, la propension initiale de nombre de nos concitoyens au vote extrême. Qu'il me soit ici donné l'occasion de vous remercier, défenseurs des idées républicaines, citoyennes et modérées, représentants d'une politique éthique et respectueuse, que nous incarnons depuis la création de notre Mouvement.

Bien entendu, les résultats sont alarmants et ne peuvent laisser personne indifférent. Il y a lieu, toutefois, de relativiser la portée de ce scrutin, en évitant de ne voir que le côté sombre de ce vote.
C'est ainsi qu'en Meurthe-et-Moselle, je suis particulièrement fière des scores obtenus, à Nancy notamment. Notre ville a été, une fois encore, le bastion anti FN.
Lorsque François Bayrou et Jean-Louis Borloo ont imaginé "l'Alternative", ils ont voulu Nancy comme la vitrine d'un rassemblement fort et durable. Avec 16,63% des voix en faveur de la candidate UDI-MoDem, le Raz-de-Marine est ici très vite retombé. Notre ville démontre encore sa capacité de résistance aux idées nauséabondes prônées par l'extrême droite et à ses basses manoeuvres qui tendent à tromper les citoyens.

Dans le Grand-Est, Nathalie Griesbeck a été reconduite à son poste de députée européenne. Elle pourra ainsi poursuivre son action. Proche des citoyens, accessible, Nathalie Griesbeck est un réel atout pour nous, dans une construction européenne en pleine évolution. Garante de l'éthique que nous souhaitons tous trouver en politique, Nathalie Griesbeck a salué les députées sortantes Sandrine Bélier et Catherine Trautmann, et regretté qu'elles aient été obligées d'abandonner leur expérience des affaires européennes au profit du recyclage de candidats d'appareils, bien éloignés de la vision communautaire.

Les échéances électorales sont aujourd'hui passées. Les différents paysages se dessinent, l'heure est désormais au travail. Mais les enseignements de ces scrutins doivent maintenant entrainer une véritable prise de conscience chez chacun d'entre nous. Nous savons que les solutions pour notre pays ne viennent pas des extrêmes. Les solutions, elles, viennent de responsables politiques solides qui disent qu'à partir de maintenant, on va reconstruire. Pour ce faire, nous allons poursuivre et accroître la dynamique que nous avons lancée !

Si nous ne défendons pas le côté noble et respectable de la Politique et des politiques, nous ne pourrons plus dire que nous ne savions pas. Pour ne pas être complaisants avec les catastrophes démocratiques qui se profilent, il est plus que jamais de notre devoir de réagir, de protéger activement nos acquis sociétaux.

PLUS QUE JAMAIS, NOTRE COHESION EST GARANTE DE NOS LIBERTES.

Voilà pourquoi je lance un appel à votre mobilisation au sein du MoDem pour les prochaines semaines, afin de ne pas laisser béants des espaces entiers de notre démocratie.
Adhérez au Mouvement Démocrate, ou renouvelez votre adhésion, et participez activement à nos prochaines actions. La meilleure réponse que nous pouvons apporter à la France, à l'Europe, est notre vision : une société humaine, respectueuse, qui décide d'aller de l'avant, et de relever les défis qui nous amèneront à une vie meilleure, dans un monde apaisé.

http://www.facebook.com/Modem54
http://twitter.com/MoDem54


Télécharger le document au format pdf


UDI*MODEM : Les Européens - Paris 18 mai

15/5/2014

Le dimanche 18 mai , à Paris, se tient  une grande réunion publique rassemblant tous les candidats, tous les dirigeants nationaux du MoDem et de l'UDI ainsi que des invités nombreux français et européens dont :
- François Bayrou, président du MoDem
- Yves Jégo, président de l'UDI
- Guy Verhofstadt, candidat à la présidence de la commission européenne
- Hervé Morin, président du Conseil national de l'UDI
- Jean-Christophe Lagarde, secrétaire général de l'UDI
- Marielle de Sarnez, Jean Arthuis, Sylvie Goulard, Robert Rochefort, Dominique Riquet, Nathalie Griesbeck, Sophie Auconie, Léonard Sam.

Cet événement débutera à 14h30 précises (ouverture des portes à 13h00) pour se terminer aux alentours de 17h30.
Ce rassemblement doit être à la hauteur des ambitions qui sont les nôtres pour l'Europe et pour la France.

Un bus sera mis en place , départ Metz et Nancy, pour se rendre à Paris (Départ prévu de Nancy à 8 heures)
 contact mail : cliquer ici
inscription : inscription@leseuropeens.eu


Mobilisation pour les élections Européennes du 25 mai

9/5/2014 - Vincent Cataldo , Vice-président Jeunes Démocrates 54

europeennesLes Elections européennes auront lieu en France le 25 mai prochain.

Pour la circonscription Grand-Est (Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardennes, Franche-Comté, et Lorraine) il s'agira d'élire 9 députés qui siègeront au Parlement européen.

La liste de l'Alternative UDI*Modem est déjà définie :
-la liste : http://elections.interieur.gouv.fr/ER2014/03/03L019.html
-le programme "Pour l'Europe": http://www.calameo.com/read/0034438127acb08273d12
Nathalie GRIESBECK sera notre tête de liste.

Afin de faire entendre nos valeurs et de promouvoir notre projet pour l'Europe nous organisons des opérations de tractage/boitage.

Dates et horaires suivantes sont proposés :
- 17 mai 2014 : 14h-17h à NANCY (contact : Yohan DRIAN / drian.yohan@gmail.com )
- 18 mai 2014 : 14h-18h à Pont-à-MOUSSON et à BRIEY (contact : Yohan DRIAN / drian.yohan@gmail.com)

Afin d'assurer la logistique (covoiturage, lieu de rendez-vous), n'hésitez pas à prendre contact avec les responsables de chaque opération (voir ci-dessus).

Pour toute information complémentaire, prendre contact (ci-dessous)

Nous devons plus que jamais être mobilisés! Venez nous rejoindre!

Contact :
Vincent CATALDO - Responsable Europe
tel : 06.74.85.93.99.


9 mai : journée de l'Europe

8/5/2014 - touteleurope

Le 9 mai 1950, Robert Schuman présentait sa proposition relative à une organisation de l'Europe, indispensable au maintien de relations pacifiques.
Cette proposition, connue sous le nom de "déclaration Schuman", est considérée comme l'acte de naissance de l'Union européenne. Aujourd'hui, le 9 mai est devenu un symbole européen (journée de l'Europe) qui, aux côtés du drapeau, de l'hymne, de la devise et de la monnaie unique (l'euro), identifie l'Union européenne en tant qu'entité politique.

A quelques jours des élections européennes, l'édition 2014 de la fête de l'Europe sera placée sous le signe de la citoyenneté.

 

 

 

 

 

 


Elections européennes.

30/4/2014

Dans l'Est, c'est la liste conduite par Nathalie Griesbeck, députée européenne MoDem, qui incarne, sans ambigui\u0308te\u0301 et dans la clarte\u0301, le destin europe\u0301en de la France ! Cette liste pour les élections européennes de l'UDI/Modem dans l'Est sera présentée:

Samedi 3 mai 2014
A partir de 11h
A la Maison Robert Schuman
A Scy-Chazelles en Moselle.

La liste est télécjargeable en cliquant ici

 

 

 

 

 


Jean MAGNIN reioint le MODEM


25/4/2014 - Est Républicain

La lettre ci-dessous a été adressée à L'Est Républicain par Jean Magnin

Âgé de 48 ans, Assistant dans un organisme de Sécurité sociale, j'ai quitté l'UMP, dont j'étais militant depuis 10 ans. L'ambiance sectaire nuisible aux militants et la dérive à droite impulsée par la direction ont motivé mon départ. Je rejoins le Mouvement démocrate de François Bayrou, dont la responsable en Meurthe-et- Moselle est Danièle Noël .

Elle et moi, nous nous sommes rencontrés lors de la campagne victorieuse de Laurent Hénart, dont nous étions colistiers aux élections municipales de Nancy. Ensemble, nous aimons Nancy et ça crée des liens. Puis, Danièle a été élue Conseillère municipale, le 30 mars, désormais déléguée à I'Europe, et aussi Conseillère communautaire du Grand Nancy.

Alors, moi, gaulliste, partisan du rassemblement républicain autour du centre, je trouve chez Danièle Noë|, centriste, attachée à l'éthique en politique, des valeurs compatibles à ma demande. De plus, I'amitié et la confiance caractérisent notre relation. Femme proche des personnes fragiles, Danièle mérite mon soutien.

Maintenant, Danièle et moi, nous soutenons la liste de Nathalie Griesbeck, candidate de I'UDI et du MODEM, aux élections européennes du 25 mai dans la circonscription du Nord-Est.


Européennes : Soutien annoncé de Laurent Hénart à Nathalie Griesbeck

Danièle NOEL - 16/4/2014

Laurent Hénart, UDI, nouveau maire de Nancy a annoncé qu'il soutiendra dans l'Est, la députée européenne sortante Nathalie Griesbeck, MoDem, plutôt que la candidate UMP Nadine Morano.
« Nous militons au centre pour des États-Unis d'Europe. Mais il faut plus d'Europe. Aujourd'hui, les citoyens ne la voient qu'à travers des réglementations. L'Europe a besoin d'une voix, d'une présidente ou d'un président » a déclaré Laurent Hénart.

Un message politique fort que le Mouvement Démocrate de Meurthe-et-Moselle tient à saluer et qui prouve assurément que la première chose qui rapproche la famille centriste, c'est l'Europe.Les forces centristes et réformistes seront à même en France d'apporter des réponses claires et constructives aux interrogations légitimes des citoyens face à la crise économique et sociale que connait notre continent.

 

Pour en savoir plus et suivre la campagne européenne :

**Retrouvez notre équipe pour l'Europe:http://mouvementdemocrate.fr/media/PDF/Dossier_de_presse_pr__sentation_equipe_def_2_.pdf
** Nos 12 premières propositions :http://www.leseuropeens.eu/ressources/faites_l_europe.pdf
**Et suivez-nous sur le site internet des Européens :http://www.leseuropeens.eu/index.html
** sur Facebook: https://www.facebook.com/leseuropeens
** Twitter: https://twitter.com/Les_Europeens


Le Mouvement Démocrate de Meurthe-et-Moselle s'associe à l'hommage public rendu à Michel Dinet

Danièle NOEL - 3/4/2014

L'annonce du décès accidentel de Monsieur Michel Dinet, Président du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, a plongé chacun d'entre nous dans la consternation.

J'aurai l'occasion de saluer la mémoire de Michel Dinet lors de l'hommage public qui lui est rendu cet après-midi à 14 h 30 à l'Hôtel du Département à Nancy.

Son esprit brillant et son art oratoire exceptionnel auront profondément marqué la vie politique de notre département.Sa disparation brutale et tragique rappelle à tous combien il est nécessaire d'oeuvrer pour l'essentiel au-delà des sempiternelles guerres de partis.

J'adresse à ses proches, à sa famille politique, à ses amis mes plus sincères condoléances.

Le Mouvement Démocrate de Meurthe-et-Moselle s'associe à l'hommage public qui lui est rendu.

Danièle NOËL
Présidente MoDem 54

Hommages en images :

 


Hommage à Michel Dinet par conseilgeneral54

 


 

yrou